Balade – Prospection – Vercors

le 18/04/2022 | La-Chapelle-en-Vercors (26 - Drôme) | France

Lundi midi, il fait toujours bien beau. Constance et moi avons pas mal rêvé à la sortie de samedi, et cette histoire de feuilles dans le méandre des feuilles nous trotte dans la tête. Nous décidons alors un peu au dernier moment d’aller voir si nous pouvons trouver quelque chose d’intéressant.

Nous nous arrêtons entre les Baraques et La Jarjatte. Juste au dessus de la route, au fond d’une doline pleine de ronces sèches, dans la zone récemment déboisée, nous trouvons un trou de 10 cm de diamètre dans la terre soufflant froid. Nous le pointons au GPS, puis nous pointons les soutirages dans le champs au bord de la route. Le scialet du Purin ne passe plus, en effet, mais il faudrait peut de travail pour le réouvrir. A noter, il y avait un très léger courant d’air soufflant dans la structure métallique.  Nous montons ensuite au scialet du Tamponnoir que je topographie, puis au scialet Dépotoir que je topographie aussi. Nous faisons un tour au dessus, puis revenons au trou souffleur. Nous passons un peu de temps à creuser au piochon. La terre est meuble et bien humide, et rapidement, le trou fait 80 cm de diamètre pour 1 m de profondeur. Nous nous arrêtons de creuser, plus ou moins à bout de bras, sur des blocs d’une dizaine de centimètres de côté. Le courant d’air, froid et assez fort, filtre à travers ces blocs, sauf quand la terre vient à les recouvrir. Pour moi, c’est super intéressant, et ça vaudrait le coup de revenir creuser avec pelles, pioches et seau, pendant que la végétation n’a pas repris ses droits sur la zone.
Les bras fatigués, nous migrons vers La Chapelle. Un peu en amont de l’Aspirateur, nous topographions un petit départ dans un soutirage, puis la perte à 40 m de l’entrée de l’Aspirateur, pour les replacer sur la topographie du trou.
Nous descendons ensuite le long du ruisseau qui est à sec (samedi, il coulait encore un peu). Nous mettons un baton d’encens dans pas mal de petits trous, mais sans rien trouver. Nous descendons ainsi jusqu’aux Aubaneaux, en fouillant et pointant les différents soutirages que je n’avais pas pointé lors de mes dernières séances de prospection. Nous ne trouvons aucun courant d’air, ni soufflant, ni aspirant, même dans les soutirages aérés et qui ont bonne gueule… C’est dommage et décevant.
Nous remontons au scialet des Aubaneaux. Comme d’habitude, il y a un petit écoulement qui tombe dans le P1.5, mais nous ne trouvons aucun courant d’air, alors qu’il y a quelques années, j’avais senti de bons courants d’air soufflants dans les trous des blaireaux, alors actifs. Je suis un peu déçu, je pensais que ce scialet aurait pu être l’accès au méandre des Feuilles.
Nous revenons à la voiture à 18 h bien tapés.
Bilan : la seule chose intéressante que nous avons trouvé, c’est le trou souffleur au dessus des Baraques. j’espérais pouvoir apporter une solution au méandre des feuilles et aux cheminées soufflantes autour de la cheminée des Souris s’Eclatent, mais non, nous n’avons rien trouvé de croustillant à nous mettre sous la dent. Vu le courant d’air de toutes ces arrivées dans la galerie Claire, il devrait bien y avoir quelque chose de sensible en surface. Ceci-dit, il est hautement probable que nous ayons raté des choses, alors, je pense qu’il ne faut pas hésiter à repasser dans la zone, avec des yeux neufs et peut-être avec des conditions météos différentes ! Si rien n’est trouvé dans cette zone, ça voudra dire qu’il va falloir chercher plus haut dans les séries de dolines qui reviennent vers la Chapelle.

Participants à l'activité

Constance PConstance P.
Xavier RXavier R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.