Résurgence du Bruyant

le 17/01/2021 | Saint-Nizier (38 - Isère) | France

Suite à notre sortie du dimanche précédent, nous nous sommes renseignés sur le siphon de la résurgence. En fait, il a été plongé en 2010 par Manu Tessane, et son compte rendu est publié dans un de Scialets récents. Il se serait arrété à la base d’une trémie noyée, après un laminoir et une petite salle, à 40 m après le départ du S1. Comme aucune topographie n’existe, nous avons décidé de revoir le terminus et de lever la topographie.

Cette fois-ci, nous sommes tous les deux en néoprenne. La descente à la résurgence puis l’habillage sont rapides. Nous passons sous la grille, cette fois-ci dans la flotte, la glace a fondue. Puis, nous allons au siphon. Ce n’est pas loin, mais les derniers 20 m se font dans un laminoir vraiment pas haut de plafond. En fait, au départ du laminoir, il faut décider quelle oreille nous voulons mouiller, parce qu’ensuite, changer d’oreille, ce n’est pas simple…

Arrivé au Siphon, Steph accroche le fil, puis rampe dans l’eau pour tenter d’avancer. Couché dans l’eau, je commence à préparer le carnet pour faire la topographie. Steph revient rapidement, il pose dans un coin son torse et sa ceinture, ça accroche trop, et me demande de réunir les deux bouteilles avec des caouechs, puis il repart dans sa reptation. C’est très accrocheur. Il ressort dans une cloche 7 m plus loin, puis repart dans le laminoir noyé. Au bout de 15 m, il s’arrête sur des blocs, c’est franchissable, mais pas mal étroit, et avec le casque et les bouteilles à bout de bras à l’arrache, ce n’est pas l’idéal.

Pendant ce temps, j’attaque la topographie à partir du siphon à la boite topo. Steph me rejoint à la sortie du laminoir, puis nous terminons la topographie ensemble. A la sortie, nous retrouvons Guillemette, Guillaume et Antoine qui sont venus nous faire un coucou.

A la remontée, nous passons voir le trou souffleur, il n’y a pas un pet d’air, enfin, c’est très peu aspirant, rien à voir avec la semaine précédente. C’est probablement du au fait qu’il y a plus d’eau, et qu’un siphon a du se mettre en charge, ce qui doit bloquer le courant d’air. Après report de la topographie de la résurgence (environ 90 m topo) sur cartes, nous nous dirigeons droit sous le trou souffleur.

Puis nous remontons à la voiture. Arrivé à la voiture, Steph se rend compte qu’il a oublié son torse et sa ceinture au bord du siphon… Du coup, rehabillage en néoprenne mouillée dans la neige (hum, quel régal…), puis retour en courant à la résurgence. 30 min plus tard, il revient à la voiture, avec ses affaires !

Retour sur Grenoble en début d’aprem !

TPST : 2 h

Participants à l'activité

Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.